Tübingen

balkans 2011 011C’est à Tübingen en Allemagne que tout a commencé.
Après avoir roulé mes huit heures et essuyé l’inévitable trafic autour de Stuttgart, je me suis dirigé vers le Sud dans la vallée du Neckar pour une étape méritée.Dans mes enceintes, à l'arrivée en pays Souabe, les powerchords  en Ré tout court  de «Beweg dein arsch» de la chanteuse allemande Lafee. Sorte d’hybride coincée entre Avril Lavigne et Tokyo Hotel, elle sonne aussi faux que la star ac’ allemande dont elle est issue.. Tübingen est une ville universitaire très accueillante.  Son architecture médiévale préservée de la guerre est typique du Jura souabe et sa position au bord du Neckar fait d’elle une base romantique rêvée pour des vacances paisibles. C’est en me promenant sur la place du marché (Am markt) que j’ai rencontré karl. Enfin, c’est plutôt Karl qui m’a rencontré…

tubingenbalkans 2011 006La première image que l'on perçoit en arrivant à Tübingen, C'est la vue romantique et bucolique partagé de l'Eberhardsbrücke. D'ici on perçoit l'accord parfait entre la rivière Neckar encore petite et les façades souabes arborant une palette de couleurs vives si particulière à l'Allemagne. Un vert "Derrick" par-là, un jaune "le renard" par ici, un rose "Papa Shultz" ailleurs... Une vraie poésie des couleurs!

Au loin, la tour Hölderlin du poête du même nom dont je ne connais pas encore les vers que j'imagine du plus haut romantisme allemand.

 balkans 2011 007Sur le Neckar, de petites gabarres semblables à des gondoles se faufilent. A mi-chemin entre le marais poitevin et Venise, ces barques à perches sont appréciés des promeneurs.  Adossés sur une planche et avec pour consigne j'imagine de ne pas trop bouger, les promeneurs doivent faire Achtung! sinon tout le monde se retrouve dans le Neckar.

 

balkans 2011 005

DSC_0036L'intérieur de la ville est tout aussi coquet et propre. Les quelques villes du Bade-Wurtemberg qui n'ont pas subies les assauts de la 39-45 sont très bien conservées. Ici, une belle maison, plus loin une église, un château et une mairie dite rathaus dans la langue de Goeth qui force le respect.

  

 

 

balkans 2011 014

La place principale de la ville est le "highlight" qu'on ne peut pas rater car la ville n'est pas très grande. C'est ici, sur son marché que Karl m'a interpellé pour me parler de Tübingen. Il a débarqué comme ça de son étal de marché en me pointant du bout de son épée. Il siégeait ainsi sur la couverture en papier glacé d’un de ces livres grands formats que l’on trouve seulement  dans les « bonnes » librairies de vacances.  Karl était statufié dans une armure de bronze, posé sur un piédestal et surmonté de son intriguant patronyme : Eberhard V de Wurtemberg. Au fil de son ouvrage, j’ai appris que la place principale de tübingen était encadrée du best of des maisons à colombages de l'époque médiévale et que l'hôtel de ville datait du 15ème.

 

DSC_0048DSC_0050Karl m'a montré et fait toucher ces murs décorés de gravures à même la pierre. Il m'a dit que l'on appelait ça un sgraffite. Je ne lui ai pas dit que j'avais déjà vu ce procédé décoratif en visitant Prague à noël 2010. C'est en allant vers la belle fontaine de Neptune d’origine Renaissance qui fait cœur à la place qu'il m'a entretenu sur son université. Fondée en 1477, c’est une des plus anciennes d’Allemagne. Elle abrite l'institut culturel franco-allemand et elle est célèbre pour ses différentes facultés en sciences humaines, naturelles et de Théologie. Pour la philosophie, Hegel ; en astronomie, Kepler et en théologie, joseph Ratzinger alias benoit 16 sont passés par ses murs.karl-Eberhard

DSC_0056

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0062Plus tard, Karl m'a emmené marcher sur le jardin du château Hohentübingen. Sur le médaillon du portail renaissance daté de 1600, on y trouve l’inscription de l’ordre de la couronne d’Angleterre « honi soit qui mal y pense ».  La signification de ces mots français nous ramène à l’ordre de la jarretière fondé en pleine guerre de 100 ans par Edouard III roi d'Angleterre.  A l’époque, les rois anglais parlaient vieux François ! 

 

 

DSC_0068Le panorama sur la ville de Tübingen vue du château avec au fond le Jura souabe vers Bad Urach

 

 

 

 

 

 

DSC_0081Le centre ville de Bad Urach. Village typique au pied du Jura souabe. Une belle ballade mène au cascade d'Urach. Karl Eberhard V de Wurtemberg a du forcement aussi y passer de longs moments. 

 

 

 

 

 

DSC_0100Une magnifique promenade à la cascade d'Urach.  Ses eaux coulent vers le Neckar qui rejoindra plus au Nord le Rhin. Situé à l'entrée de la ville, un petit parking emmène le promeneur vers des panneaux indiquant les differentes randonnées. Pour rejoindre le bas de la cascade en 30 minutes, il faut prendre impérativement à droite.  Par la gauche, c'est une tout autre ballade qui vous emmène en haut d'une colline sur laquelle sont érigés les ruines d'un chateau médiéval qu'Eberhard V a connu en meilleur état. le Hohenurach burg. Comptez 3 heures  pour faire le grand tour. 

 

 

 ***Camping***:  Un petit camping sympa 3 étoiles, le Neckarcamping est à 5 min en voiture au Sud-Sud-Ouest de la ville. Situé le long du Neckar sur Rappenberghalde 61, il offre peu de place et d'infrastructures genre prise de courant pour les tentes.  On s'insurge car on commence à avoir la bad habitude de voir la part belle au camping-cars et caravanes. Pas d'espace-jeu, pas de moustiques mais des sanitaires exceptionnelles comme d'habitude en Allemagne et un petit resto. Proprio sympa. De toute façon, c'est à prendre ou à laisser car il n'y a pas d'autres choix si vous voulez dormir en tente à Tubingen.